mercredi 14 mars 2018

MIGRATIONS: HEUREUSES??



Migrations heureuses
L’ancien vice-président de la Banque mondiale se soucie désormais aussi de morale : devenu économiste à l’université d’Oxford, Ian Goldin défend l’ouverture des frontières pour des raisons « tant éthiques qu’économiques ». Selon lui, les mouvements de population profitent aux pays d’accueil, à ceux de départ et donc à la croissance économique. L’évolution démographique rendrait même inéluctable la disparition des entraves à la liberté de circulation : « Les migrations sont une force naturelle et irrépressible PHRASE 1. Mondialisation et migration sont des processus entremêlés qui mènent l’humanité vers un même avenir cosmopolite où les individus, les biens, les idées et les capitaux pourront traverser plus librement les frontières nationales. »
Coécrit avec Geoffrey Cameron et Meera Balarajan, Exceptional People passe en revue les effets positifs des migrations internationales, chiffres à l’appui. Dans les pays développés, les travailleurs étrangers qualifiés soutiennent l’innovation : PHRASE 2, et 64 % des brevets déposés par General Electric l’ont été par des expatriés. Quant aux travailleurs peu qualifiés, ils « stimulent la croissance économique en acceptant des emplois considérés comme peu attractifs par les autochtones » dans le bâtiment, les services à la personne ou l’hôtellerie-restauration, c’est-à-dire des secteurs PHRASE 3. Pourquoi ces emplois pâtissent-ils d’un manque d’attractivité ? La question n’est pas posée. On sait pourtant, comme le rappellent d’ailleurs Alain Morice et Swanie Potot, qu’il est moins coûteux d’utiliser la réserve de main-d’œuvre peu exigeante des pays du Sud que de revaloriser les conditions de travail dans des secteurs soumis à une grande flexibilité et proposant des salaires médiocres.
Mais, sous prétexte qu’il faudrait raisonner sur le long terme et considérer les bénéfices indirects, les auteurs d’Exceptional People minimisent délibérément les effets négatifs de la pression du travail immigré sur les rémunérations : « Même si les salaires diminuent légèrement pour la petite partie de la population en concurrence directe avec des immigrés sur le marché de l’emploi, tous les travailleurs profitent d’une baisse des prix des biens et des services. Dans les années 1980 et 1990, les villes américaines PHRASE 4 ont vu diminuer le prix des services de ménage, de jardinage, de garde d’enfants, de teinturerie et des autres services qui mobilisent une grande quantité de travail humain. » Le tarif réduit des femmes de ménage console-t-il vraiment les employés qui voient leurs salaires baisser ?
Les pays d’émigration sont semblablement considérés du seul point de vue comptable. Ils tirent, selon les trois chercheurs, un immense profit du départ d’une partie de leur main-d’œuvre. Grâce à l’argent qu’ils y envoient (325 milliards de dollars en 2010), PHRASE 5. Et la « fuite des cerveaux » ne serait qu’une « circulation des cerveaux » : ne trouvant pas d’emploi à la hauteur de leurs compétences chez eux, les travailleurs qualifiés chercheraient une terre d’adoption pour les faire fructifier ; mais, une fois armés d’un capital scolaire, social et économique suffisant, ils reviendraient dans leur pays natal. Mieux encore : PHRASE 6, ce qui s’avère une chance pour leur pays, puisque beaucoup ne partiront finalement pas. Aux Philippines, par exemple, « la possibilité d’émigrer pour les infirmières a encouragé le développement d’un système sophistiqué d’éducation privée qui œuvre à l’instruction des femmes pauvres. De nombreuses soignantes restent au pays après leur formation, et aujourd’hui les Philippines comptent plus d’infirmières qualifiées par personne que des pays plus riches comme la Thaïlande, la Malaisie ou le Royaume-Uni. » L’histoire est plaisante, mais on aurait aussi pu envisager que les pays en développement forment leurs citoyens selon leurs besoins réels en main-d’œuvre, et non pour combler les secteurs d’emploi déficitaires des pays développés...
Goldin traite froidement le migrant comme un agent économique PHRASE 7 pour « enrichir l’économie mondiale de 39 000 milliards de dollars en vingt-cinq ans » ; il ignore le déracinement et la « double absence » de l’étranger, ses conditions de vie et de travail. Dans ce livre, largement célébré par la presse que lisent les « décideurs », les Etats du Sud apparaissent comme des réservoirs de travailleurs servant à guérir l’anémie démographique des sociétés occidentales, et l’humain ressemble à une marchandise PHRASE 8.
Benoît Bréville
> Octobre 2011, page 25 > Les livres du mois

ceux qui espèrent migrer sont souvent conduits à suivre une formation
PHRASE 6
dont il prône la libre circulation
PHRASE 7
la moitié des start-up de la Silicon Valley sont dirigées par des migrants
PHRASE 2
les migrants soutiennent l’activité économique de leur pays d’origine
PHRASE 5
que l’on déplace au gré des besoins de l’économie mondiale
PHRASE 8
qui avaient les plus forts taux d’immigration
PHRASE 4
qui ne peuvent pas être délocalisés
PHRASE 3
qui va s’intensifier lors des prochaines décennies
PHRASE 1



FUTUR / CONDITIONNEL PRÉSENT


CHANTER + ai, as, a, ons, ez, ont  (=FUTUR)
CHANTER + ais, ais, ait, ions, iez, aient (=COND. Présent)

FINIR + terminaison
PRENDRE : PRENDR- + terminaison

NETTOYER = je nettoierai... (-OYER / -UYER)
PAYER = je paierai / je payerai (-AYER)
APPELER = j’appellerai
JETER= je jetterai
ACHETER= j’achèterai

ÊTRE = je serai
AVOIR = j’aurai
SAVOIR = je saurai
POUVOIR = je pourrai
ALLER = j’irai
ENVOYER = j’enverrai
FALLOIR = il faudra
DEVOIR = je devrai
VOULOIR = je voudrai
FAIRE = je ferai
VENIR = je viendrai
VOIR = je verrai

MOTS DE LIAISON OU CONNECTEURS (Ça peut servir!!!!)

Comme vous êtes tous de très bons élèves et très sérieux, je vous fournis plusieurs listes non exhaustives des différents connecteurs français afin que vous les utilisiez dans vos rédactions (pour ceux qui les font!!!) et à l'oral (pour ceux qui parlent!!!).
  1. Les connecteurs logiques
  2. Connecteurs avec la traduction en espagnol
  3. Une liste des marqueurs de relation
  4. Une liste des connecteurs français
  5. Un tableau complet des mots de liaison


NATUREConjonctions de coordinationAdverbes et locutions adverbialesConjonctions et locutions conjonctives de subordination
CAUSEcaren effet - de faitparce que - du fait que - étant donné que - puisque - sous prétexte que - comme
CONSEQUENCEdoncaussi (+ reprise du sujet) - alors - en conclusion - en conséquence - c'est pourquoi - par conséquent - ainsi - dès lors - d'oùde sorte que - si bien que - tellement que - si bien que - de telle manière que
HYPOTHESE/en ce cas - sinon - pour un peusi - à condition que - à supposer que - pourvu que - au cas où - à moins que
BUT/dans ce but - à cette finpour que - afin que
OPPOSITION CONCESSIONmais - orcependant - néanmoins - pourtant - par contre - du reste - d'ailleurs - au contraire - en revanche - toutefois - bien sûr - soit - certesquoique - bien que - il est vrai / certain que - même si - nul doute que - encore que - quand bien même - alors que
ADDITION EXEMPLEet ..ni...nid'abord - premièrement - d'entrée de jeu - en outre - d'une part, d'autre part - puis - ensuite - de plus - par ailleurs - enfin - c'est-à-dire - ainsi - par exemple - notamment - en effet - citons
ALTERNATIVEousoit..., soit... - ou bien..., ou bien...soit que..., soit que...

POUR LES PASSIONNÉS DE PHONÉTIQUE...

Pour les personnes qui voudraient améliorer leur prononciation et connaître la règle des liaisons en français, voici quelques vidéos qui peuvent vous intéresser! C'est un peu répétitif mais ça peut aider.
  1. les liaisons entre déterminant et nom
  2. les liaisons entre pronom et verbe
  3. les liaisons entre adjectif et nom
  4. les liaisons après une préposition
  5. les liaisons dans les expressions

PHONÉTIQUE: QUELQUES RÈGLES BASIQUES




I. LES ACCENTS ET SIGNES PHONÉTIQUES
Il y a 3 accents différents français :
L’accent aigu existe seulement sur le –e (été, vélo) et modifie sa prononciation.
L’accent grave existe sur le –e (frère, père) et modifie sa prononciation. On le trouve aussi plus rarement sur le –u un seul mot () et le –a (4 mots : à, déjà, là, voilà) sans qu’il modifie leur prononciation.
L’accent circonflexe existe sur –a, -e, -i, -o et -u. Il modifie la prononciation du –o et du –e. Il remplace une lettre disparue, le plus souvent un –s (hôpital). Il permet de distinguer des mots qui ont un sens différent (du/dû). Il indique plus rarement une prononciation (diplôme, pâle).
Le tréma indique qu’il faut prononcer séparément 2 voyelles. On peut le trouver sur un –e, un –i ou un –u (mais/maïs).
La cédille se place sous un –c qui précède –a, -o ou –u. Elle indique que le –c doit se prononcer [s] (ça, garçon, reçu).

II. LA PRONONCIATION DES LETTRES FINALES
En général, ne se prononcent pas :
-          Le –e final (sauf si le mot ne comporte qu’une syllabe : de, ce,…).
-          Les terminaisons des verbes en –e, -es, -ent.
-          Les consonnes finales –d, -n, -p, -s, -t, -x, -z (sauf cap, ouest… ; le –n modifie le son de la voyelle qui précède (maison, un, intelligent)).
-          Le –r dans la syllabe finale –er (sauf cher, hier, hiver, mer…).

III. LA LIAISON
La liaison se fait entre la consonne finale d’un mot et la voyelle prononcée du mot suivant lorsque celui-ci commence par une voyelle ou un –h muet.
Les lettres –s, -x, -z se prononce [z] dans la liaison.
La lettre –d se prononce [t] dans la liaison.
La liaison est obligatoire :
-          entre le déterminant (article, adjectif, pronom) et le nom : cet appartement est spacieux.
-          Entre l’adjectif et le nom qui suit : les grands hommes.
-          Entre le verbe et le pronom : vas-y ! (sauf : tu vas y arriver).
-          Entre le pronom personnel et le verbe : elles ont eu de la chance.
-          Entre les adverbes très et trop et l’adjectif : c’est très intéressant.
-          Entre la préposition monosyllabique (1 syllabe) et le pronom ou article : dans une maison.
La liaison est impossible :
-          entre deux groupes rythmiques : Ils regardent la télévision / après avoir mangé.
-          Après la consonne qui suit le –r : bord à bord.
-          Avant (sauf pour les nombres) ou après et : Il finit / et / il arrive.
-          Devant oui, un, onze : Mais oui !
-          Devant un –h aspiré : Elle va aux Halles !
-          Après le pronom personnel dans une interrogation avec inversion du sujet : Quand vont-ils arriver ?
On fait toujours la liaison entre un chiffre et le nom qu’il détermine (trois enfants, deux hôtels…).

IV. LE –E SANS ACCENT
Très souvent le –e sans accent ne se prononce pas.
La prononciation est facultative lorsqu’il est précédé d’une seule consonne prononcée : Je vois ! = J’vois !
La prononciation est obligatoire :
                - Lorsqu’il est précédé de plus d’une consonne prononcée : Prenez ça !
                - devant le –h aspiré : le héros.
                - pour le pronom interrogatif que.

V. L’ÉLISION
Devant un mot commençant par une voyelle ou un –h muet, certains mots et leurs composés perdent leur voyelle finale.

VI. LE –H
En français, le –h peut être aspiré ou muet, il ne se prononce pas. Le plus fréquent est le –h muet qui autorise la liaison et l’élision (l’hommeles hommes). Le –h aspiré qui concerne des mots d’origine étrangère interdit toute liaison ou élision (le haricotles haricots).

jeudi 1 mars 2018

LE CV ANONYME: UNE BONNE IDÉE?



Recrutement : le CV anonyme a été enterré en silence
Une association dénonce l'absence de cette mesure dans le projet de loi Egalité et Citoyenneté présenté demain. PHRASE 1.

Rendu obligatoire il y a dix ans par la loi sur l'égalité des chances, le CV anonyme, PHRASE 2, est aujourd'hui le grand absent du projet de loi Egalité et Citoyenneté présenté demain en Conseil des ministres... C'est en tout cas le reproche que formule l'association la Maison des potes à l'encontre du gouvernement.

Consultation truquée ?
A l'origine du coup de colère de l'association, la « consultation citoyenne » lancée sur Internet par le gouvernement du 23 mars au 6 avril. Les propositions les plus citées devaient normalement figurer en bonne place dans le projet de loi. Or, selon Samuel Thomas, président de la Maison des potes, la proposition sur le CV anonyme était largement en tête, PHRASE 3. « Or, la consultation a été allongée de deux jours et la proposition du CV anonyme a été comme par hasard rétrogradée. »

Pour l'association, il y a pas de doute « les ministres du Travail successifs n'ont pas osé affronter le Medef,  PHRASE 4. » Une accusation balayée côté gouvernemental. « Le CV anonyme n'est pas l'outil le plus efficace pour lutter contre la discrimination. Il faut travailler sur toute la chaîne d'informations à donner — et au bon moment — à un jeune qui n'a pas de réseau », explique un proche du dossier. Pourtant, estime la Maison des potes, « la discrimination raciale n'a pas diminué depuis 2006. PHRASE 5 ». Elle cite une récente étude de l'Insee selon laquelle « 42 % des jeunes ayant un parent venu d'Afrique sont au chômage contre 20 % pour les ceux n'ayant pas de parent d'Afrique ».

D'autres méthodes de recrutement...
En fait, PHRASE 6, ce CV anonyme censé éviter à un demandeur d'emploi d'être refusé en raison de sa couleur de peau, de son origine géographique ou de sa situation familiale (mère de famille par exemple...) a été peu mis en pratique.

Seules quelques-unes (Axa, Accor, la Poste, Free...) des 34 000 entreprises de plus de 50 salariés officiellement concernées l'ont fait. PHRASE 7. Si Free s'estime « globalement satisfait », deux autres sociétés sont plus nuancées. Chez Axa, on « masque toujours certaines données des candidats (NDLR : nom, prénom, adresse, âge...) PHRASE 8».

La Poste, elle, a mis fin à l'expérience après quelques années, car elle a été jugée peu probante. « En respectant l'anonymat, nous avons développé d'autres méthodes de recrutement, PHRASE 9, notamment les futurs facteurs. » Selon l'Association nationale des directeurs de ressources humaines (ANDRH), qui le qualifie « d'anachronique », le CV anonyme n'est pas non plus la panacée.

« C'était une bonne idée mais, dans la vraie vie, c'est toujours difficile de dépasser les préjugés, précise l'ANDRH. Nous avons désormais d'autres méthodes de recrutement plus performantes PHRASE 10. »

|Bruno Mazurier| 12 avril 2016, 0h00 | MAJ : 12 avril 2016, 7h37 |

avec celle touchant à l'enseignement de la laïcité à l'école
PHRASE 3
avec la crise, elle s'est même aggravée
PHRASE 5 
avec un bilan mitigé
PHRASE 7
comme les CV sur vidéo de la Fondation agir contre l'exclusion
PHRASE 10
en testant des candidats en situation réelle
PHRASE 9
faute de décret d'application
PHRASE 6
le gouvernement et des experts la jugent dépassée
PHRASE 1
mais les réseaux sociaux rendent l'anonymat difficile à respecter
PHRASE 8
permettant de lutter contre la discrimination à l'embauche
PHRASE 2
qui s'y oppose
PHRASE 4

Recrutement : le CV anonyme a étéenterré en silence

mercredi 28 février 2018

FRANÇAIS / QUÉBÉCOIS: LYNDA LEMAY



Lynda Lemay

    Ce titre est extrait de l'album : Du Coq à L'âme
    Année de sortie : 2000

Y parlent avec des mots précis
Puis y prononcent toutes leurs (1) syllabes
À tout bout d'champ, y s'donnent des bis
Y passent leurs grandes journées à table

Y ont des menus qu'on comprend pas
Y (2) boivent du vin comme si c'était d'l'eau
Y mangent du pain pis du foie gras
En trouvant l'moyen d'pas être gros

Y font des (3) manifs aux quart d'heure
À tous les maudits coins d'rue
Tous les taxis ont des (4) chauffeurs
Qui roulent en fous, qui collent au (5) cul

Et quand y parlent de venir chez nous
C'est pour l'hiver ou les indiens
Les longues promenades en Ski-doo
Ou encore en (6) traîneau à chiens

Ils ont des tasses minuscules
Et des immenses (7) cendriers
Y font du vrai café d'adulte
Ils avalent ça en deux (8) gorgées

On trouve leurs gros (9) bergers allemands
Et leurs petits caniches chéris
Sur les (10) planchers des restaurants
Des épiceries, des pharmacies

Y disent qu'y dînent quand y (11) soupent
Et y est deux heures quand y déjeunent
Au petit matin, ça sent l'yaourt
Y connaissent pas les oeufs-bacon

En fin d'soirée, c'est plus choucroute
Magret d'canard ou (12) escargots
Tout s'déroule bien jusqu'à c'qu'on goûte
À leur putain de tête de (13) veau

Un bout d'paupière, un bout d' (14) gencive
Un bout d'oreille, un bout d'museau
Pour des papilles gustatives
De Québécois, c'est un peu trop

Puis, y nous prennent pour un (15) martien
Quand on commande un verre de lait
Ou quand on demande : La salle de bain
Est à quelle place, S.V.P ?


Et quand ils arrivent chez nous
Y s'prennent une tuque et un Kanuk
Se mettent à chercher des (16) igloos
Finissent dans une cabane à sucre

Y tombent en amour sur le coup
Avec nos forêts et nos (17) lacs
Et y s'mettent à parler comme nous
Apprennent à dire : Tabarnak

Et bien saoulés au caribou
À la Molson et au gros gin
Y s'extasient sur nos (18) ragoûts
D'pattes de cochon et nos plats d'binnes

Vu qu'on n'a pas d'fromages qui (19) puent
Y s'accommodent d'un vieux cheddar
Et y se (20) plaignent pas trop non plus
De notre petit café bâtard

Quand leur séjour (21) tire à sa fin
Ils ont compris qu'ils ont plus l'droit
De nous appeler les Canadiens
Alors que l'on est québécois

Y disent au revoir, les yeux tout (22) trempés
L'sirop d'érable plein les bagages
On réalise qu'on leur ressemble
On leur souhaite bon voyage

On est rendu qu'on donne des (23) becs
Comme si on l'avait toujours fait
Y a comme un trou dans le Québec
Quand partent les maudits français

mercredi 24 janvier 2018

LES ADJECTIFS: FÉMININ, PLURIEL ET PLACE



1) Masculin / Féminin :
·        On ajoute un –e :
-          grand > grande
-          original > originale
-          marié > mariée

·        Si le masculin termine par –e, le féminin est identique (sympathique, difficile, facile...)

·        Attention !! Les finales –s, -d et –t ne se prononcent pas au masculin et deviennent sonores au féminin à cause du –e :
-          grand > grande
-          blond > blonde
-          intelligent > intelligente
-          gris > grise

·        Certains adjectifs doublent la consonne
-          Italien > italienne
-          Mignon > mignonne
-          Ponctuel > ponctuelle

·        Certains adjectifs changent de terminaison :
-          sportif > sportive
-          sérieux > sérieuse
-          rêveur > rêveuse
-          calculateur > calculatrice
-          étranger > étrangère

·        Cas particuliers :
-          Beau > belle
-          Nouveau > nouvelle
-          Faux > fausse
-          Doux > douce
-          Roux > rousse
-          Jaloux > jalouse
-          Gentil > gentille
-          Vieux > vieille
-          Gros > grosse
-          Bas > basse
-          Fou > folle
-          Long > longue
-          Frais > fraîche
-          Sec > sèche
-          Blanc > blanche
-          Grec > grecque
-          Public > publique

2) Singulier / Pluriel
·        On ajoute un –s :
-          grand > grands
-          marié > mariés

·        Si le singulier termine par –s, -x , le pluriel est identique (français, roux...)

·        Attention !! Les finales –s ou –x ne se prononcent pas

·        Les adjectifs qui terminent par –al ou –au > -aux
-          beau > beaux
-          original > originaux
-          Excepté : banal > banals , fatal > fatals , naval > navals

·        Certains adjectifs de couleurs sont irréguliers (invariables) :
-          marron > marron
-          orange > orange

3) Place des adjectifs


ADJECTIFS PLACÉS AVANT LE NOM
  • beau (bel), joli, jeune, vieux (vieil), grand, gros, petit, bon, mauvais, nouveau (nouvel), faux, vrai
  • autre
  • les numéros ordinaux (premier, deuxième...)
  • dernier, prochain (excepté avec: an, mois...)
  • nombreux
NOM

ADJECTIFS PLACÉS APRÈS LE NOM
NOM
  • Nationalité (espagnol, français...)
  • Couleur (vert, rouge...)
  • Forme (rond, carré...)
  • Religion (catholique, orthodoxe...)

ADJECTIFS PLACÉS AVANT / APRÈS LE NOM
  • ADJECTIFS D’APPRÉCIATION : délicieux, magnifique, splendide, superbe, horrible, incontournable, étonnant, passionnant, extraordinaire...
(PLUS GRANDE VALEUR EXPRESSIVE)
NOM
NOM
  • ADJECTIFS D’APPRÉCIATION : délicieux, magnifique, splendide, superbe, horrible, incontournable, étonnant, passionnant, extraordinaire...




ADJECTIFS PLACÉS AVANT / APRÈS LE NOM
CHANGEMENT DE SENS
  • Mon cher ami / un livre cher
  • Un homme grand / un grand homme
  • Un pauvre homme / un homme pauvre
  • Mon propre frère / une chemise propre
  • Un seul enfant / un enfant seul
  • ...