jeudi 26 octobre 2017

ÉCOLOGIE: L'ÉCONOMIE DE PARTAGE



LA CONSOMMATION COLLABORATIVE
Regardez la vidéo suivante et expliquez brièvement quel est le principe de ce nouveau mode de consommation.

Pour plus de détails vous pouvez cliquer sur les liens suivants:

LA CONSOMMATION COLLABORATIVE EXPLOSE EN FRANCE
Regardez la vidéo suivante et dites quelles sont les 7 affirmations correctes parmi les suivantes :


1.      Nadège a loué un appareil photo pour 25 euros la semaine. (F : la soirée)
2.      Elle préfère la location au prêt, cela la tranquillise. (V : elle se sent couverte)
3.      Nadège est tranquille car l’appareil est assuré. (V : contrat d’assurance)
4.      Le paiement peut se faire par chèque. (F : paiement en ligne sécurisé)
5.      Il faut obligatoirement laisser une caution. (V : dépôt de garantie)
6.      Place de la loc.net est le 1er site de vente entre particuliers. (F : de location)
7.      L’invitée a commencé par louer des objets de son époux. (V : outils de son mari)
8.      Elle a mis en location une poussette pour bébé. (F : porte-bébé)
9.      Internet est le principal responsable de la croissance de cette économie. (V)
10.  Plus de la moitié des Français ont déjà loué sur Internet. (F : revendu)
11.  Les problèmes économiques ont commencé il y a 6 ans. (F : 7 ans)
12.  Les plus jeunes sont moins matérialistes. (V : moins attachés aux objets)
13.  La sensibilité écologique est la première cause du succès de cette économie. (F)
14.  Ce mode de consommation permet de se faire de nouveaux amis. (V : créer des liens)

2
3
5
7
9
12
14

COMPRÉHENSION ÉCRITE


Dépannage et voisinage conciliés en un clic sur le site allovoisins.com
Les plateformes collaboratives fleurissent sur internet. Une façon, souvent, de contourner le recours à un professionnel. Plus de 1.000 personnes sont inscrites -1- site allovoisins.com dans le Cantal et font appel à -2- voisinage.
Mettre la main dans la peinture ou le pied sur l'escabeau est inimaginable pour vous ? Et quand, parfois, ce n'est pas l'envie -3- manque, c'est, par contre, les moyens… et le matériel qui font défaut. Aux besoins de services et de coups de main entre particuliers, les plates-formes d'échanges de services fleurissent sur internet et les Aurillacois sont de plus en plus nombreux à -4- intéresser.
Une entraide 2.0, quand sonner chez son voisin devient, finalement, de moins en moins fréquent. C'est ce que les anglo-saxons nomment le « jobbing », -5- les petits dépannages de voisinage.

Travaux mécaniques, gardiennage ou bricolage
AlloVoisins.com, Jemepropose.com, Smiile.com, Stootie.com ou tout simplement Blablacar.fr, Leboncoin.fr ou Entreparticulier.com : les plates-formes de mise en relation sont nombreuses, et beaucoup de services -6- sont demandés ou proposés, à Aurillac ou ailleurs dans le département.
Les offres ou sollicitations sont -7- diverses que la recherche d'un outil de bricolage, à la disponibilité d'une personne pour garder un animal, ou encore la proposition de petits travaux mécaniques. Et le prix ? Il se fixe entre les deux personnes qui -8- le marché.
En juin 2017, «plus de 1.000 personnes étaient inscrites -1- site Allovoisins.com dans le département du Cantal», dévoile Charlotte Philippe, consultante -9- ce site internet qui ambitionne « en moins d'une minute, d'activer l'ensemble de son voisinage "en ligne" pour -10- l'objet ou le service recherché ».

Réaliser des économies
Le site internet qui met en relation les personnes d'un même bassin de vie se base en priorité -11- une « demande géolocalisée ». Premier avantage, et non des -12-: réaliser une économie. « 92 % des utilisateurs de la plateforme ont rejoint Allovoisins.com pour consommer différemment et faire des économies au quotidien », éclaire le site internet. « 38 % indiquent se connecter toutes les semaines et 75 % déclarent également vouloir l'utiliser de plus en plus -13-. »
Petite limite de fonctionnement de ce site : trouver le « bon voisin », bricoleur, serviable, et se passer de l'intermédiaire -14- est le site internet, au moins pour des demandes d'intervention du même type… « Grâce à Allovoisins, j'ai été mise en relation avec Bruno : c'est un très bon bricoleur, appliqué et -15-. Je sais que si je dois faire faire de petits travaux chez moi, à l'avenir, je ferais appel à lui directement maintenant que je le connais. Sans devoir repasser à nouveau par le site… », explique Suzy. Et après tout, c'est un peu ça l'objectif : élargir son voisinage, et son réseau, bien réel, grâce à la petite intervention initiale d'un écran.

Dépannage entre voisins ou concurrence avec les professionnels ?
D’un point de vue légal, la monétisation du service -16- celui-ci problématique. « Selon moi, c’est à la limite du travail dissimulé, estime un avocat. L’entraide ne pose aucun problème, mais dès qu’il y a rémunération, on peut se demander si certains ne vont pas -17- faire une véritable activité. » Élémentaire ! L’avocat pointe aussi les problèmes de responsabilités que cela peut engendrer. « Imaginez : s’il y a un accident pendant le service ou une infraction, le seul poursuivi sera “l’employeur”, c’est-à-dire celui qui a fait appel au voisin qui -18- rend service. Sans parler des questions de concurrence directe avec les professionnels.»
Un point qui dérange, évidemment les artisans, par exemple, qui paient taxes et redevances professionnelles et voient ces propositions de services, d’un œil plutôt circonspect! Enfin, il ne faut pas oublier que, si l’économie collaborative tisse une toile plus grande de jour en jour, ses revenus demeurent imposables. 15 % seulement des personnes qui pratiquent l’économie collaborative ont déclaré -19- impôts ou comptent déclarer leurs revenus tirés de cette économie, selon le baromètre BVA.
Pourtant, tout revenu doit être déclaré à l’administration fiscale dans le but d’être assujetti à l’impôt. C’est en particulier le cas des « revenus non commerciaux », catégorie dans -20- entre pourtant la majorité des revenus que tirent les individus qui utilisent les plateformes collaboratives, en ligne.
Marie-Edwige Hebrard (Publié le 18/10/2017)
1
C
a. AU
b. DANS LE
c. SUR LE
2
C
a. SA
b. SON
c. LEUR
3
C
a. DONT IL
b. QU’IL
c. QUI
4
C
a. S’
b. S’EN
c. S’Y
5
A
a. AUTREMENT DIT
b. OR
c. VOIRE
6
C
a. EN
b. LUI
c. Y
7
A
a. AUSSI
b. AUTANT
c. SI
8
A
a. CONCLUENT
b. FIXENT
c. RÉSOLVENT
9
C
a. DANS
b. PAR
c. POUR
10
A
a. DÉNICHER
b. DÉFRICHER
c. FOUILLER
11
C
a. DANS
b. EN
c. SUR
12
B
a. MINIMUMS
b. MOINDRES
c. MOINS
13
A
a. FRÉQUEMMENT
b. FRÉQUENT
c. FRÉQUENTE
14
B
a. DONT
b. QU’
c. QUI
15
B
a. SERVEUR
b. SERVIABLE
c. SERVICE
16
C
a. FAIT
b. POSE
c. REND
17
A
a. EN
b. LA
c. Y
18
B
a. LE
b. LUI
c. Y
19
A
a. AUX
b. DES
c. LES
20
B
a. QUI
b. LAQUELLE
c. LEQUEL

Aucun commentaire: